Sex, Drugs and Rock and Roll

 

 

 

Comme vous pouvez le constater, c'est la reproduction de la pochette du second album des Stooges qui orne cette page. Ce choix est délibéré car Fun House est un disque qui a marqué l'histoire du rock. La pochette est rouge, la musique des Stooges est rouge, les amplis sont à fond, Iggy marche sur la foule et hurle : "i got a tv eye on me". Les spectateurs sont étonnés par ce chanteur acrobate et ultime incarnation de la bête de scène à la Morrison, Jagger, etc. Si Iggy leur doit beaucoup, il est allé bien plus loin qu'eux et il a bien failli ne pas en revenir. Car les Stooges marchent aux drogues dures : amphétamines, héroïne. Le guitariste Ron Ashton arbore sur la pochette intérieure du disque une croix de fer. On est loin des idéaux hippie de l'époque. Le rock brutal et primaire des Stooges est à cent mille kilomètres de l'Acid Rock du Jefferson Airplane, du Grateful Dead, il se rapproche plutôt de celui du Velvet Underground dont le violoniste John Cale a produit le premier album du groupe. Fun House sera le chant du cygne des Stooges car même si Raw Power est aussi une galette essentielle, il n'atteindra pas le degré de sauvagerie animale qui fait du second album des Stooges le précurseur de tout ce que les punks ont pu enregistrer par la suite.

The Stooges : TV Eye, 1970

Oui, je sais la qualité de la vidéo est à peine supportable mais c'est le seul document d'époque qui donne une idée de qu'étaient les Stooges sur scène avec "Tv Eye" et "1970". Si vous connaissez des enregistrements des Stooges sur scène de meilleure qualité n'hésitez pas à me le signaler, je me ferai une joie de les mettre en ligne ! Au fait, évitez les pirates des Stooges ou les soi-disant live. Au mieux, ils sont enregistrés dans les chiottes de la salle de concert avec un magnétophone cassette dont les piles rendent l'âme. Comme l'on dit pudiquement, ce sont avant tout des documents...

 

Sex, Drugs and Rock'n'Roll, une sainte triologie incarnée non seulement par les Stooges mais aussi par les Rolling Stones, les Sex Pistols, le MC5, le Velvet Underground, les New York Dolls, les Heartbreakers, le 13th Floor Elevators, les Charlatans, l'Airplane, les Libertines et bien d'autres encore. Mais direz-vous, est-il absolument nécessaire d'être une épave droguée pour incarner l'esprit du rock ? Euh, non, bien sur mais le rock comporte une part essentielle de déviance, d'écart à la norme, d'outrage qui fait que même si Françis Cabrel enregistre "Higway to Hell" d'AC/DC, il ne sera jamais pris pour un rocker. Et c'est là toute la différence. Demandez donc à Jerry Lee Lewis ce qu'il pense de la musique du diable et du scandale qu'il y a à l'interpréter...

Ian Dury & The Blockheads : Sex & Drugs & Rock'n'Roll