Les années 50

La genèse

 

Au début était le King, Elvis, Elvis The Pelvis, celui par qui le scandale arriva, celui qui mettait les adolescent(e)s en transe, celui dont les mouvements lascifs de son bassin suscitaient l'hystérie des foules et des ligues de vertu. Oh, Elvis n'était pas un révolutionnaire, tout au plus un petit blanc du sud profond mais, et c'est là l'important, un petit blanc qui fréquentait les bouges où se produisaient les meilleurs artistes noirs de l'époque. Dès le départ le rock est une musique du diable qui appelle à la satisfaction des désirs physiques. D'ailleurs dans l'argot des noirs, rock équivaut à work, en l'occurrence rock signifie faire la chose comme work (Work with me Annie ne signifie certainement pas : travaille avec moi Annie, non ?). Donc Elvis mais ce serait oublier les racines noires du rock et les Clyde Mc Phatter, Shirley and Lee, Amos Milburn ou encore Johnny Otis qui ont forgé le métal d'où sortirait le rock'n'roll. Un exemple ? Bien sur. Voici le sus-nommé Johnny Otis et son tube : "Willie and the hand jive".

 

Johnny Otis : Willie And the Hand Jive

D'autres prétendent que le rock est né à la Nouvelle Orléans. A l'appui de leur théorie, ils citent Fats Domino et surtout les studios de la Nouvelle Orléans où officiaient des gens comme Professeur Long Hair, Huey Piano Smith, Dr John, Allen Toussaint. Et ils n'ont peut être pas tort ! Demandez à Willy Deville ce qu'il en pense.

Huey Piano Smith : High Blood Pressure

Et puis, il n'y a pas qu'Elvis, dans la brêche que celui-ci  ouvre s'engouffrent Chuck Berry, Little Richard, Bo Diddley, Gene Vincent, Buddy Holly, Eddie Cochran, Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Billy Lee Riley et bien d'autres encore... Mais, il faut le dire celui par qui le scandale a pu arriver n'est nul autre qu'Elvis. Grâce lui soit rendue.

 

Elvis Presley : Heartbreak Hotel