Au début était le Blues

 

 

C'est la fin des années 60, il y a eu les Yarbirds, Jimi Hendrix Experience, Cream. Il y a un point commun entre tous ces groupes : la guitare et les influences Blues. Que ce soit Eric Clapton, Jeff Beck, Jimmy Page chez les Yarbirds, Hendrix, et encore Clapton avec Cream, la guitare est reine. Tous ces musiciens sont des virtuoses et ils recherchent le dépassement des structures du Blues. Ils privilégient les longues improvisations et utilisent le feedback, les pédales Wah Wah, la distorsion et deviennent ce que l'on a appelé les guitar heros.

 

Tout commence avec les Yarbirds qui arrivent en fin de course en 1968. Leur guitariste de l'époque, un certain Jimmy Page, ancien guitariste de studio renommé (on murmure qu'il a joué sur le "Gloria" des Them) veut continuer l'aventure même si le chanteur Keith Relf a abandonné le navire avec le guitariste Chris Dreja. Alors Page recherche des musiciens pour former les New Yarbirds. Et il trouve le bassiste-organiste John Paul Jones, le batteur John Bonham et le chanteur Robert Plant. Mais bon, ce nom New Yarbirds ça sent un peu le réchauffé. C'est alors que Keith Moon, le batteur des Who après écoute leur dit que leur musique lui fait penser à un Zeppelin. Lourd, puissant, effrayant. Led Zeppelin est né. Le groupe joue un rock violent, toujours marqué par le Blues. Leur musique est basée sur les envolées de la guitare de Page et les vocaux de Plant qui dialogue avec la guitare de Page. Il y a bien quelques gimmnicks comme la guitare jouée avec un archet sur "Dazed And Confused" que Page jouait déjà avec les Yarbirds et qui va devenir le cheval de bataille du groupe sur scène. Remarquons toutefois que Page n'a jamais remercié (?) Eddie Phillips le guitariste des Creation qui, le premier, a utilisé un archet de violon avec une guitare. En tout cas, c'est un carton pour Led Zeppelin qui devient rapidement célèbre grâce à des prestations scéniques qui ne font pas de quartier.

 

Mais la concurrence a aussi son mot à dire et pas des moindre puisqu'il s'agit de nul autre que l'un des trois guitaristes des Yarbirds, Jeff Beck. Celui-ci recrute le batteur Mickey Waller, Ron Wood à la basse (oui, celui des Faces et des Rolling Stones) et un certain Rod Stewart au chant. Ah, j'oubliais le pianiste, Nicky Hopkins (il a joué avec les Stones et Quicksilver Messenger Service entre autres). Donc du beau linge et une musique qui comme celle de Led Zeppelin ne fait pas de quartier. Le groupe produit deux excellents albums : Truth en 1968 et Beck Ola en 1969. Mais voilà, si Jeff Beck est un guitariste hors pair, on ne peut pas en dire autant de son caractère pour le moins violent et tyrannique. Juste avant une tournée américaine, le groupe se sépare et Wood et Stewart s'allient aux ex Small Faces qui viennent de voir leur guitariste chanteur Steve Mariott les quitter pour fonder Humble Pie. Beck reviendra un temps au Hard Rock avec Beck, Bogart et Appice (ex Vanilla Fudge et Cactus) avant de se tourner vers le Jazz Rock avec une autre version du Jeff Beck Group.

 

 

 

Ces deux groupes vont fonder les bases sur lesquelles le Hard Rock va se développer. Il faut aussi citer dans les ancêtres du Hard des groupes comme les Stooges, le MC5 mais aussi et surtout Steppenwolf et son rock lourd et graisseux, Blue Cheer et son blues rock dopé aux amphétamines et puis pourquoi pas aussi Grand Funk Railroad et son rock primaire avec des tonnes d'amplis. Si c'est trop fort, c'est que vous êtes trop vieux !!! De cette période vont naitre des groupes comme Black Sabbath, Deep Purple, Aerosmith, Cactus. La suite est pour plus tard dans les années 70.

Led Zeppelin : Dazed And Confused

Jeff Beck Group : You Shook Me