Les Morpions s'accrochent !

 

 

Lorsqu'on tient dans les mains le premier mini-album des Cramps, Gravest hits, on  est d'abord frappé par l'atmosphère de film d'horreur de série B qui se dégage de l'ensemble. Nick Knox, le batteur est à gauche, à droite, Brian Gregory, le guitariste et au centre le couple sans qui les Cramps n'existeraient pas : Lux Interior et Poison Ivy (cf.Coasters).

 

Ces deux-là se sont rencontrés en 1972 à Los Angeles. Erik Lee Purkisher (Lux Interior) prend en stop Ivy Rosarch (Poison Ivy) et en discutant avec elle, s'aperçoit qu'elle est, comme lui, une vinyle junkie, une passionnée de singles obscurs de groupes qui le sont tout autant. En 1975, ils voient les Ramones au CBGB et se disent : pourquoi pas nous ? Ils choisissent alors le patronyme de Cramps et recrutent Greg Beckerleg qui travaille dans le même magasin de disque que Lux à New York. Celui-ci adopte le pseudonyme de Brian Gregory. Quant au batteur ? Très simple. Brian téléphone à sa soeur qui prend la place sous le pseudo de Pam Balam. Il y aura aussi au même poste, Miram Linna (future A-Bones et fondatrice de Norton Records) et enfin Nick Knox pour une dizaine d'années. Et le bassiste direz-vous ? Eh bien, les Cramps n'ont pas de bassiste, du moins à cette période.

 

Leur premier concert a lieu le 1er novembre 1976 en première partie des Dead Boys. Leur premier single, "The Way I Walk" (Jack Scott), "Surfin Bird" (Trashmen) sort en 1978 sur Vengeance Records, leur propre label. Il est suivi peu après d'un second single, "Human Fly", "Domino" (Roy Orbison). Les deux 45 T sortiront en France regroupés sur le maxi Gravest Hits.

 

En 1980, le groupe est signé par la compagnie de disque IRS et leur premier album Song The Lord Taught Us produit par nul autre qu'Alex Chilton est dans les bacs. Si vous ne devez avoir qu'un seul disque des Cramps, c'est celui là ! Tout y est, les titres rockabilly revus et corrigés façon punk par les Cramps : "Rock On The Moon" (Jimmy Stewart), "Tear It Up" (Johnny Burnette), "Sunglasses After Dark (Dwight Pullen) , le rock Garage, "Strychnine" (The Sonics) et même le classique de Peggy Lee (Fever). N'oublions pas les originaux du couple Interior/Rosarch comme "TV Set" où Lux raconte une bien belle soirée devant la télévision : il a coupé la tête de sa fiancée et l'a placée dans le poste de télé. Quel programme !

 

Sur scène, Lux avale son micro, se met à genoux, se tortille autour du pied de micro, court dans tous les sens, monte sur les amplis tandis qu'Ivy, impassible, assène des riffs que ne renieraient pas Duane Eddy (Peter Gunn) ou Link Wray (Rumble). Kid Congo (ex Gun Club), à la guitare solo, larsenne et fuzze tant qu'il peut pendant que Nick Knox bat métronome. Ah, oui, Brian Gregory, le tatoué, a quitté le groupe juste après l'enregistrement du 1er album.

 

Donc en 1981, Brian Tristan rebaptisé Kid Congo Powers prend la place de Brian Gregory. C'est la même année que sort Psychedelic Jungle, deuxième album des Cramps. Comme le précédent, on y trouve des originaux, des versions d'obscurités Rockabilly : "The Crusher" (The Novas), "Rockin' Bones" (Ronnie Dawson), "Jungle Hop" (Don & Dewey) ou Garage : "Green Fuzz" (Randy Alvey & The Green Fuzz), "Green Door" (Jim Lowe), "Primitive" (The Groupies), "Caveman". Cet album marque aussi le début des problèmes de contrat avec IRS. Le label sort, en 1983, une compilation des Cramps, Off The Bone, tandis que le groupe sort un album live, Smell Of Female sur le label français New Rose. A partir de cet album Kid Congo quitte le groupe et retourne dans le Gun Club.

 

Lorsque A Date With Elvis parait, en 1985, le groupe est réduit à un trio et c'est Ivy qui tient la basse. Les Cramps sont ensuite rejoint par la bassiste Candy Del Mar pour Stay Sick (1990) mais Nick Knox, le fidèle quitte le bateau. La suite est plus triste : le groupe enchaine albums et tournées et les membres se succèdent hormis le noyau dur, Lux et Ivy. Ils ne retrouvent quelque succès qu'à partir de 2000 avec le renouveau de l'intérêt pour le rock Garage.

 

Lux Interior est mort le 4 février 2009 à l'âge de 62 ans. Il a certainement du retrouver Ron Ashton (Stooges) et Sky Saxon (Seeds) au paradis ou à l'enfer des rockers pour reprendre avec eux "Psychotic Reaction" des Count Five...

 

The Cramps live au Mudd Club New York, 1981, "Human Fly" et "Teenage Werewolf".