Les Olivensteins
Les Olivensteins

Les Olivensteins, une météorite punk au crépuscule des années 70

 

Je n’ai même pas le courage
D’aller pointer au chômage
Oui bien sûr j’ai le bon âge
De pouvoir placer dans ma vie
Tous mes talents inusables
Et mes charmes infinis
C’est dur d’être si feignant
Quand on aime tant l’argent

(Je suis fier de ne rien faire )
Fier de ne savoir rien faire )

 

Extrait de "Fier De Ne Rien Faire", les Olivensteins

 

Il était une fois à Rouen en 1977 deux frères, les frères Gilles et Eric Tandy.  Le premier, Gilles, est lycéen et amateur des New York Dolls, des Stooges, du MC5, de Dr Feelgood quand arrive la première vague punk avec le festival de Mont-de-Marsan en 1976. C'est le choc. Il se coupe les cheveux, porte des badges, arbore une cravate sur un tee-shirt. L'ainé, Eric, travaille comme vendeur dans le magasin de disques de Lionel Hermani, "Mélodies Massacre". Il écrit des textes que son frère va bientôt mettre en musique. Ils sont amis avec un autre groupe de Rouen, les Dogs. Dominique Ladoubée, le guitariste des Dogs, leur laisse le local de répétition des Dogs et très vite les répétitions commencent.

 

L'un des premiers morceaux titres qu'ils répètent est "Patrick Henry Est Innocent". Quant au nom du groupe, il existait déjà avant la formation du groupe explique Gilles Tandy : "On avait le nom avant le groupe. Éric avait croisé Olivenstein dans un concert de Johnny Thunder au Gibus. Le nom du groupe est né d’un retour Paris-Rouen, par le premier train, de 5h30…". Vous vous demandez qui est cet Olivenstein ? Eh bien, c'est un médecin célèbre dans les années 70 pour avoir créé à Paris à l'hôpital Marmottan un service spécialisé dans les toxicomanies. Les méthodes et l'homme sont bien connues du grand public et c'est certainement ce qui a incité les frères Tandy à choisir ce nom et aussi le fait de l'avoir vu à un concert du junky notoire qu'est Johnny Thunder. Très vite, les Olivensteins se retrouvent à Paris pour jouer au "Rose Bonbon" et au "Gibus" puis à faire les premières parties des Dogs. Ils se font rapidement remarquer avec leurs paroles chantées en français et leur humour décapant au 10ème degré. Citons "Pétain, Darlan" (c'était le bon temps), "Euthanasie" (Euthanasie Papie, Euthanasie Mamie, votre calvaire est fini), "Fier De Ne Rien Faire", "Je Suis Négatif".

 

Le premier et seul enregistrement du groupe est un single trois titres qui sort en mars 1979 sur le label Mélodies Massacre. Il comporte "Fier De Ne Rien Faire", "Je Suis Négatif", "Euthanasie". Bien sur, il ne se vendra guère à l'époque et vaut son pesant d'euros maintenant. Le disque suscite des commentaires dithyrambiques de Phillipe Manoeuvre dans "Rock et Folk" mais cela ne suffit pas à lancer le groupe qui a du mal à trouver des concerts. De plus, la plupart des maisons de disques françaises ne cherchent qu'une chose : les nouveaux Téléphones. Et, il faut avouer que le rock scandaleux des Olivensteins est très loin de celui du groupe préféré des lycéens et des parents. Barclay est intéressé mais leur dit : ”il faudrait peut-être voir avec le médecin, à cause du nom, on risque un procès, bla-bla-bla, bla-bla-bla…” raconte Gilles Tandy (ibid).

Puis vient le coup de Trafalgar : alors que les Olivensteins doivent faire la première partie de Stiff Little Fingers au Palace, le Dr Olivenstein se manifeste via France-Soir où il déclare qu'il est hors de question que le groupe se produise sous son nom sous peine de procès. Annulation du concert et doutes, après un dernier concert en janvier 1980, c'est la séparation.

 

On peut regretter que ceux qui auraient pu être les Sex Pistols français, l'humour en plus, n'aient pu enregistrer les titres de leur répertoire qui resteront à jamais méconnus sauf de ceux qui ont eu la chance de les voir en concert. Oubliés "Patrick Henry Est Innocent", "Pétain, Darlan", "Je Hais Les Fils De Riches". Mais comme le dit Gilles Tandy : "Finalement, c’est peut-être très bien comme ça aussi… Rires… Le punk, c’était, de toute façon, quelque chose de totalement éphémère." (ibid).

Les Olivensteins : Je Suis Négatif

Les Olivensteins : Fier De Ne Rien Faire